Les dénonciations d’agressions sexuelles sur les réseaux sociaux : une forme de justice ?

By |2020-08-20T20:30:06-04:00août 20th, 2020|Droit de la personne|

Un mouvement a pris d’assaut les réseaux sociaux en juillet dernier : de nombreuses femmes nomment et dénoncent leur présumé agresseur. Cette nouvelle vague qui déferle fait écho à l’indignation exprimée par des centaines de femmes. Celles-ci révèlent une kyrielle de violences sexuelles et d’abus dont elles ont été victimes : attouchements, harcèlement, leurre, commentaires dégradants, viol. Pour certaines, cette dénonciation représente une libération d’un silence assourdissant ou d’éviter un prédateur d’assaillir d’autres victimes. Or, pour d’autres, c’est un moyen d’obtenir justice malgré tout.   Ce mouvement a notamment ébranlé le milieu des arts et médias ainsi que le monde judiciaire. En effet, le milieu artistique et médiatique est montré du doigt, dont des tatoueurs, des photographes, des musiciens, des blogueurs, des artistes montréalais. « C’est une façon de dissiper le sentiment de honte, l’aliénation que vivent plusieurs victimes. […] Elles veulent en finir avec l’impunité1 ». Ce mouvement, explique la sociologue Sandrine Ricci, [...]